Modéliser les données avec MySQL Workbench

Image non disponible


précédentsommairesuivant

8. Génération du code SQL

8.1. Commande « Export »



Produire le code SQL de création des tables SQL (CREATE TABLE) ne pose pas de problème particulier. Dans un 1er temps on utilise à cet effet la commande « Export » et l'on choisit l'option « Forward Engineer SQL CREATE SCRIPT » :

Image non disponible
Figure 8.1 - Production du code SQL de création des tables, commande « Export »

8.2. Définition du nom du fichier contenant le code SQL



Dans un 2e temps, on définit le nom du fichier qui contiendra le code SQL :

Image non disponible
Figure 8.2 - Définition du fichier destiné à contenir le code SQL

8.3. Types d'objets à exporter



On ne demande ici que la génération du code de création des tables (CREATE TABLE) :

Image non disponible
Figure 8.3 - On ne s'intéresse ici qu'aux tables

8.4. Choix des tables à faire figurer dans le code SQL



Pour produire un script SQL ne faisant mention que d'un sous-ensemble de noms de tables, par exemple ceux des tables CLIENT et COMMANDE, au moyen du bouton « >> » on transfère l'ensemble des noms des tables depuis le cartouche de gauche à destination de celui de droite, puis on rapatrie les noms des deux tables CLIENT et COMMANDE dans le cartouche de gauche (bouton « << ») :

Image non disponible
Figure 8.4 - Sélection d'un sous-ensemble de tables

8.5. Affichage du résultat par MySQL Workbench



Au résultat :

Image non disponible
Figure 8.5 - Affichage du résultat

8.6. Enregistrement du fichier



Enregistrer le fichier en l'état :

Image non disponible
Figure 8.6 - Enregistrement du résultat



Si on utilise un autre SGBD que MySQL, il ne reste plus qu'à nettoyer le fichier qui vient d'être créé, par exemple supprimer toutes les occurrences du caractère « ` », supprimer les instructions propres à MySQL et celles auxquelles on ne prête pas d'intérêt, remplacer les clauses UNIQUE INDEX par UNIQUE (conformément à la norme SQL), supprimer toutes les clauses index restantes (la mise en oeuvre des index est du ressort de l'étape MPD (modèle physique des données)), regarder si les colonnes sont dans le bon ordre dans les clés (primaires alternatives, étrangères), supprimer les « IF NOT EXISTS », les « ENGINE = InnoDB » et autres éléments propres à MySQL, etc.

Le nettoyage du fichier est quelque chose de rapide, pour celui qui vient d'être créé une paire de minutes suffit (à condition d'avoir déjà codé des instructions CREATE TABLE quand même...)


précédentsommairesuivant

  

Copyright © 2014 - François de Sainte Marie. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.